femme fatale

Comment j’ai rencontré ma copine à Genève

Il y a plusieurs manières de baiser, plusieurs façons de rencontrer des meufs à Genève. J’ai eu une expérience lors de ma scolarité que j’aimerais exposer ici. Découvre mon histoire, mon récit coquin lors d’un événement pas banal !

Le bal de fin d’année

Un beau soir d’été, tout a débuté lorsque je voulais gentiment me rapprocher d’une bonne copine d’école. Le bal de fin d’année approchait à grands pas et je souhaitais faire bonne impression pour cette occasion si particulière dans la vie d’un étudiant. Je n’ai jamais été un grand danseur. 

Je peux improviser quelques mouvements sur la piste de danse d’une boîte de nuit lorsque l’occasion se présente, mais lorsqu’il s’agit de danser un slow avec quelqu’un, j’ai deux pieds gauches ! 

J’ai donc commencé par apprendre quelques pas sur YouTube. Après quelques heures à visionner et à m’entraîner dans ma chambre avec un ballet, j’avais assez d’assurance pour passer le cap et inviter cette fille que je désirai tant.

Un ami qui avait 2 ans de plus que moi m’aide ainsi à faire mes premiers pas dans ce monde de la danse avec quelques recommandations fort appréciables. Il avait même dansé avec une call girl du site https://www.girls2see.ch/facegirl/

Il s’y connaissait bien, avait du bas goût et avait déjà eu des relations avec des filles, plusieurs d’ailleurs, suffisamment pour me rassurer sur les éventuelles possibilités d’après-bal. D’ailleurs, c’était le genre de mec à aller même payer une escort girl à Genève pour satisfaire son appétit sexuel débordant. 

Après tout, je ne voyais pas le mal à cela, nous avions tout juste la vingtaine et il est nécessaire de véhiculer nos énergies érotiques vers d’autres humains, d’en profiter à 2 et de renoncer à la masturbation solidaire devant un vieux porno.

Les escort girls à Genève reçoivent à toute heure.

Tristan me raconte alors qu’il allait aux filles de luxe pour se divertir, discuter politique, mais surtout découvrir des femmes différentes à chaque occasion. Justement, je rejoins son point de vue, car je trouvais cette dernière remarque très pertinente : où est l’intérêt de payer toujours la même fille ? 

Il ne faut pas tout mélanger. La diversité dans ce cadre là à du bon. D’autant plus que la prostitution à Genève est légalisée, autorisée et taxé ! Autant prendre son pied autant que possible dans une maison close, un lupanar luxe ou encore un salon de bien-être. 

Lui était célibataire depuis toujours, il n’a jamais voulu se fixer et être en couple. La vie de pute devait être dure, mais en compagnie de mon copain Tristan, je pense qu’il les faisait reine le temps d’une soirée. Bref, on parla de cul pendant des heures, et démystifié ainsi la crainte que je pouvais avoir lors de ma future soirée de bal avec la pensée que ça pouvait se terminer dans un lit ou dans une voiture pour du sexe. Et au pire, si je dois être bredouille, je consulterai le site de Tristan, https://www.fgirl.ch/filles/geneve/massage/ .

Amourette d’un jour, amour de toujours

Le jour J, je me mis sur mon 31, l’air confiant, un chewing-gum pour l’haleine, mes cheveux étaient bien coiffés, je me sentais d’attaque pour passer la meilleure soirée de ma vie. 

Une fois dans la salle, j’alla vers le buffet pour boire une ou deux coupes de champagne histoire que je perdre encore davantage ma timidité naturelle. Les minutes passent et je me sens petit à petit dans mon élément. Les musiques s’enchaînent et je commence à m’intéresser à ce pourquoi j’étais venu. 

Je repère ma copine qui attendait sur une chaise, discutant avec deux amies, elle ne semblait pas se faire inviter pour danser. Je pris une bonne bouffé d’air et part à sa rencontre. 

Je lui tendis la main, elle me regarda et rougit, ses copines la poussèrent dans mes bras pour l’encourager à sauter vers l’occasion qui se présentait à elle. Nos corps ont gentiment pris le rythme et pendant 5 minutes, nous avons dansé un collé serré qui en disait long sur ce qui allait se passer par la suite. 

Nos regards étaient chauds comme la braise, elle me dévisageait d’envie, moi, je la fixais intensément pour lui faire comprendre que j’étais réceptif. Elle retrouvait ses copines après notre première tentative de rapprochement, je rejoins des collègues de classe au fond de la pièce qui discutait de leurs prouesses sportives d’un match de foot de la veille. Je ne pouvais m’arrêter de penser à elle. 

Il fallait que je me rapproche à nouveau pour conclure et lui avouait mon attirance depuis des mois. Malheureusement, la soirée finie par s’écourter de force. Une de ses copines ne se sentit pas bien et elle décidait de la raccompagner. En partant, elle me glisse dans l’oreille qu’on pouvait se voir le lendemain pour continuer ce qu’on avait entamé. 

Le Rendez-vous pris, la soirée se termine donc sous le meilleur des jours et je rentrais chez moi avec le sourire, content d’avoir obtenu un rencard pour revoir ma douce amourette et pourquoi pas, finir sous la couette à faire des cochonneries sexuelles toute la nuit !